We are apologize for the inconvenience but you need to download
more modern browser in order to be able to browse our page

Download Safari
Download Safari
Download Chrome
Download Chrome
Download Firefox
Download Firefox
Download IE 10+
Download IE 10+

Thursday 5 May 2016

Un taux élevé de protection internationale

En 2016, le CGRA a estimé dans 57,7 % des décisions sur le fond que le demandeur d’asile avait effectivement besoin d’une protection internationale :

  • 45,8 % des décisions de reconnaissance du statut de réfugié ;
  • 11,9 % des décisions d’octroi du statut de protection subsidiaire.

Il s’agit au total de 12.089 décisions pour 15.478 personnes (y compris les enfants mineurs qui accompagnent leurs parents).

Le taux de protection de 57,7 % atteint en 2016 est supérieur à celui de 2015 (52,7 %). Cela s’explique principalement par le fait que, durant l’année 2016, de nombreux dossiers de personnes originaires de Syrie ont été traités. Au total, ce sont 7.051 Syriens qui ont reçu un statut de protection en Belgique.

Le top 3 des pays d’origine qui ont reçu le plus grand nombre de décisions accordant un statut de protection est constitué par la Syrie, l’Iraq et l’Afghanistan. Ce constat montre que le besoin de protection demeure élevé pour des personnes originaires de certains pays.

Nombre important de documents délivrés par le CGRA

En plus de l’évaluation des demandes d’asile, le CGRA) délivre des documents administratifs aux apatrides et réfugiés reconnus. En effet, ils ne peuvent plus s’adresser à leurs autorités nationales pour obtenir ces documents.

En 2016, le « Helpdesk réfugiés reconnus et apatrides » a délivré 30.960 documents. Bien qu’il s’agisse d’un record, ce chiffre n’est pas surprenant. En 2016, le CGRA a en effet reconnu 12.197 personnes comme réfugiées.

Après que le CGRA ou le Conseil du Contentieux des Etrangers ait reconnu un demandeur d’asile comme réfugié, le CGRA envoie automatiquement une attestation de réfugié. Les réfugiés reconnus contactent parfois le CGRA pour obtenir d’autres documents. En 2016, ils ont surtout demandé des certificats de naissance. Le CGRA a également délivré de nombreux certificats d’identité.

Le « Helpdesk réfugiés reconnus et apatrides » a pu faire face à cette surcharge de travail en adaptant ses processus afin de les rendre  plus efficaces.