We are apologize for the inconvenience but you need to download
more modern browser in order to be able to browse our page

Download Safari
Download Safari
Download Chrome
Download Chrome
Download Firefox
Download Firefox
Download IE 10+
Download IE 10+

En 2016, la province de Namur a dû prendre en compte la nouvelle menace terroriste. Elle a également dû gérer un nombre particulièrement élevé de crises (conditions hivernales exceptionnelles, panne téléphonique au 112, blocage des autoroutes lors de mouvements sociaux et grève dans les prisons). En voici trois exemples :

Exercice nucléaire

En mai 2016, le gouverneur de la province de Namur et l’Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN)ont élaboré un exercice de gestion de crise nucléaire. Cet exercice de terrain se déroulait dans le cadre des réflexions sur le nouveau plan nucléaire et radiologique. Il simulait un accident avec des blessés légers sur autoroute entre deux véhicule, dont l’un transportait des matières radioactives.Pour les intervenants (services de police, pompiers, secours médicaux, protection civile et AFCN), l’exercice visait à apprendre les bons réflexes et à poser les bons gestes. Pour les autorités provinciale et communale, il s’agissait de gérer la problématique d’une contamination légère, notamment au niveau environnemental, et de tester la coordination lors du passage de la phase communale à la phase provinciale.Les leçons de tirées cet exercice ont été mises à profit, quelque mois plus tard, lors de l’exercice national organisé sur le site de la centrale nucléaire d’Engie à Tihange, auquel les services du gouverneur ont activement participé et qu’ils ont aussi préparé.

Panne téléphonique au 112 de Namur

Le 29 avril 2016, un local technique prend feu à Namur. Différents câbles et fibres sont dégradés. De nombreux particuliers sont privés de téléphone ou de connexion internet, mais surtout le 112/100 n’est plus joignable dans toute la province.Cette situation grave aurait pu avoir des conséquences dramatiques. Elle a heureusement été immédiatement prise en charge par le gouverneur qui a déclenché une phase provinciale d’urgence. Avec l’aide des responsables locaux du 112, des solutions ont été rapidement mises en place et les opérateurs du 100/112 ont été installés temporairement au Palais du gouverneur.Suite à cette gestion de crise, le SPF intérieur a décidé de modifier ses plans d’urgence internes et des contacts sont pris avec les opérateurs téléphoniques afin de limiter de telles situations.

Terrorisme

Durant toute l’année 2016, les services du gouverneur de Namur ont travaillé à l’établissement d’un plan particulier d’urgence et d’intervention « Terrorisme ». En collaboration avec le Parquet et les services de secours et d’intervention de la province, ils ont soumis un projet de plan au ministre de la Sécurité et de l’Intérieur avant la fin de l’année 2016. Ce travail conséquent n’est pas sans lien avec les travaux de la Task Force locale initiée en 2014 et à laquelle le gouverneur participe, et qui se sont poursuivis tout au long de l’année 2016.